Sceaux Culture, Loisirs et Amitiés

Conférence

lundi 18 decembre à 14h30 
Conférence musicale : Maurice Ravel et le ballet
Par Gérard SUTTON, historien de la musique et de la danse, premier prix de thèse d’histoire de la musique et de la danse, enseigne à la Schola Cantorum de Paris et au Conservatoire de Saint-Maur

Comme l’avait souligné Serge Lifar, l’élément dansant abonde dans l’œuvre de Maurice Ravel. Si l’on exclut les pages instrumentales liées à la danse mais non destinées au ballet, le compositeur s’adresse par huit fois à l’univers du théâtre dansé. Après une première esquisse en 1892 (La Parade), Ravel reçoit des commandes officielles de la part des «Ballets Russes » de Serge Diaghilev (Daphnis et Chloé, 1909/1912 et La Valse, 1919/1920), de Jacques Rouché, directeur du Théâtre des Arts et de l’Opéra de Paris (Ma Mère l’Oye, 1911/1912 et Adélaïde ou le langage des fleurs, 1911), des « Ballets Suédois » de Rolf de Maré (Le Tombeau de Couperin, 1914/1920) et d’Ida Rubinstein pour la Compagnie qui porte son nom (Boléro, 1928 ; Morgiane, 1932…) Ce dernier ouvrage est resté inachevé du fait de la mort du compositeur. De toutes ces œuvres, seul le Boléro s’est réellement imposé aux différentes Compagnies de danse du monde entier. Ainsi, après avoir exprimé ses sentiments et ses rêves dans les ballets précédents, et avant de se replier dans le silence, Ravel nous a proposé, comme l’affirme André Suarès, une sorte de « danse macabre » qui traduit son angoisse devant le travail inexorable du « temps destructeur ».

R.V. ancienne mairie, 68 rue Houdan à Sceaux (place de l’Eglise)

<<
Précédente
>>
Retour